Jardin de Cantoperlic

Fleurs dans le Jardin de CantoperlicSitué au cœur du village de Pampelonne, le petit jardin est un havre de paix, haut en couleurs, riche en surprises, débordant de fleurs, d’abeilles et d’oiseaux…

Les endroits pour s’asseoir et profiter du jardin sont nombreux, et pendant les journées de portes ouvertes il est également possible de déguster un thé à la menthe ou  un café accompagné de délicieux cup-cakes  anglais ou des somptueux gâteaux romains.
Détail

Monestiés, la millénaire

Arrêtez-vous un instant à Monestiés. Le charme de cette « circulade » vous emportera. Classé parmi les plus beaux villages de France, c’est la rencontre d’un village médiéval pittoresque.

 

Cette cité millénaire, installée au creux d’une boucle du Cérou, vous offre une balade paisible à travers des ruelles médiévales, en enjambant le pont de Candèze (XIIème siècle), en franchissant la porte de Candèze qui est l’un des derniers témoins des vieilles fortifications.

En 2017, le village accueille dans ses ruelles, l’exposition photographique « Entracte 5 : Des loisirs aux vacances ». Les clichés en noir et blanc évoquent les souvenirs de vacances de mineurs et de leurs familles des années 1950 à 1970.

Détail

Musée/centre d’art du verre

Site unique en Midi-Pyrénées, le musée-centre d’art du verre de Carmaux s’est installé sur le site de la première verrerie royale. Chaque année, de mai à octobre, le musée-centre d’art présente deux expositions : l’une consacrée au verre contemporain, l’autre aux verreries tarnaises. Parallèlement, l’Atelier verrier propose des démonstrations de souffleurs de verre. La Communauté de communes du Carmausin – Ségala-carmausin rappelle ainsi au visiteur l’importance de l’industrie verrière qui s’est développée ici pendant deux siècles, aux côtés de l’industrie charbonnière.

En 2017, 2 expositions temporaires seront proposées :

  • Collection Lucie et Paul Bernard, verre contemporain 1980-1990.Une sélection d’œuvres issues de la collection privée de Lucie et Paul Bernard propose aux visiteurs de découvrir, ou de redécouvrir, une des périodes parmi les plus créatives du verre. Les créations des figures marquantes des années 1980-1990 sont présentées : les frères Leperlier, Yan Zoritchak, Claude et Isabelle Monod, Novaro, Alain Guillot, Van Lith, Mieke Groot, et parmi les verreries européennes les plus renommées : Venini (Italie), Riihimäki (Finlande), Kosta Boda (Suède).
  • Itinéraire(s) verre et photographie : Tonkin/Yunnan/Tanus.Une exposition photographique qui invite les visiteurs à prendre la route, sur les traces de l’ingénieur Paul Bodin, de Tanus (Tarn) jusqu’aux lointaines contrées du Tonkin et du Yunnan en Chine. L’ingénieux créateur a marqué ces paysages d’ici et d’ailleurs par la construction d’imposants ouvrages métalliques, du viaduc du Viaur, jusqu’à la ligne de chemin de fer chinoise.

Détail

Musée-mine départemental

Vacances des mineurs à Ilbarritz en 1964Dernier témoignage sur site de l’exploitation du charbon dans le Tarn, le Musée-mine départemental apporte un éclairage à la fois technique et social sur sept siècles d’histoire charbonnière. Le chevalement et la descente de cage permettent la découverte de 350 mètres de galeries reconstituées où machines et outils sont présentés en situation afin de faire partager le travail du mineur et ses conditions de vie.

Les salles d’exposition permanente évoquent l’histoire sociale qui a forgé l’identité de ces lieux et des hommes qui ont travaillé sur ces terres de Jaurès. Enfin, des expositions temporaires valorisent le patrimoine industriel minier et environnemental.

Exposition photographique « Pierre Jamet 1936-1939 : nos premières vacances »

Jusqu’au 23 décembre 2017

Pour faire suite à notre thématique 2017 portant sur les loisirs et divertissements proposée cet été, le musée accueille une exposition sur les vacances. Et pas n’importe lesquelles : les premières, les plus belles !

En 1936, avec l’avènement du Front Populaire et sous l’impulsion du Ministre de la Jeunesse Léo Lagrange, le mouvement des Auberges de Jeunesse connaît en France un bel essor. Pierre Jamet a 26 ans en 1936. Il photographie en toute liberté, pour « prolonger l’éphémère et sauver l’instant ». Photographe classé dans la catégorie des humanistes, c’est probablement sa pratique libre, « non professionnelle » qui donne à son travail un souffle propre et qui lui confère son originalité.

Homme du doute, rempli de modestie et d’humilité vis-à-vis de sa production photographique, Pierre Jamet n’a pas cherché, de son vivant, à la faire connaître au-delà d’un cercle familial et amical. C’est grâce à l’inventaire et à la diffusion réalisée depuis 2009 par sa fille Corinne que cette production est peu à peu portée à la connaissance du public qui réserve aux photos un accueil particulièrement chaleureux.

30 photographies noir et blanc sont exposées. Une joie de vivre en plein air, tout en contraste, se dégagent de ces très belles images. Une insouciance qui sera remplacée par une période plus sombre de notre Histoire.

Détail